• Se connecter

Des inondations impressionnantes consécutives à des averses orageuses en Belgique, principalement en Brabant Wallon !

Depuis trois jours, des inondations consécutives à des averses orageuses ont eu lieu sur notre territoire. 
En fin d'après-midi du 29 juillet, certaines régions ont essuyé des cumuls de précipitations particulièrement impressionnants. Quelques explications.


Vue des inondations en fin de journée le 29 juillet 2014 à Ittre.

En médaillon, la même vue en situation "normale", sur Google Street.

Photo : X
  

mb_hr_blue_ball.gif

 

Situation synoptique

Influencé depuis quelques jours par une dépression d'altitude centrée sur le sud de la France, amenant des retours d'est sur notre territoire dans une masse d'air particulièrement chaude et humide venant d'Allemagne avec des restes de fronts (ligne rouge), et couplée à de l'air plus frais arrivant de la mer du Nord (triangles bleus), le conflit de ces masses d'air a donné une situation atmosphérique instable et a généré des orages.


Situation atmosphérique assez chaotique ce 29 juillet, avec des restants de front, de pseudo-front
et de ligne de convergence qui tournent autour de notre pays, le tout dans une ambiance assez 
chaude et humide (on se trouve du côté chaud du front principal), mais l'air frais de la mer du Nord
n'est pas loin, générant une instabilité assez explosive. 

source : KNMI
A partir de 15h30 environ, les premiers orages ont été signalés en Campine. Ceux-ci se développent rapidement, prennent de l'ampleur en se dirigeant vers la capitale. Ils se scindent vers 16h20 en trois noyaux : le premier au sud de Bruxelles, le second s’étendant de la Campine à l'Hesbaye, le troisième en région condruzienne. Un autre noyau orageux se développe en Lorraine belge. Ces orages, se déplaçant en général du NE vers le SO ont été particulièrement actifs de 17 à 20h.

 



Sur la carte du haut, on peut voir la position des zones de précipitations à 18h, sur le radar de l'IRM.  On remarque, en rouge, les régions les plus durement touchées : la Campine, la Hesbaye, le Condroz et le Brabant Wallon, dans la région d'Ittre. Au sud-est, c'est la région d'Arlon qui sera particulièrement touchée par les averses orageuses intenses. Dans la carte du bas, les cotes pluviométriques enregistrées par nos stations du réseau de MeteoBelgique. Plus tard en soirée et en première partie de nuit, ce sera au tour des Hautes Fagnes d'être touchées par les fortes précipitations.Les quantités de précipitations journalières ci-après ont été relevées par le réseau de mesure officiel de l’IRM et par le réseau de mesures de l’IVA-VMM (Vlaamse MilieuMaatschappij):

Hauthem (Hoegaarden): 80,7 mm
Meeuwen: 74,8 mm
Kuringen (Hasselt): 74,1 mm
Frassem (Arlon): 71,2 mm
Beauvechain : 62,0 mm
Mont-Rigi : 54,4 mm
Schaffen : 40,0 mm

Pour les plus grosses cotes pluviométriques recencées ci-dessus, il est tombé en quelques heures l'équivalent de ce qu'on récolte en pluie... en un mois de juillet entier "normal" !Uccle a été relativement épargnée avec "seulement" 21.7 mm

mb_hr_blue_ball.gif



Pourquoi ces inondations et pourquoi Ittre a été si particulièrement touchée ?
 
Nous avons essuyé trois jours consécutifs de précipitations orageuses importantes, ce qui a eu comme conséquence de saturer les sols en eau. Ce qui est tombé hier a été, par endroits, difficilement assimilable par les sols déjà gorgés d'eau. 
De plus, les orages sont arrivés par retour d'est, le déplacement des orages par pareille situation est moins rapide que lorsqu'ils arrivent par le sud ou par l'ouest (situations plus classiques) : les régions touchées le seront donc plus longtemps. 
Certaines régions, comme Ittre, ont été touchées par trois orages successifs, ce qui a encore augmenté les quantités de précipitations lors de cet épisode orageux. Enfin, la situation orographique d'Ittre, encaissé dans une vallée, y a concentré les coulées d'eau et de boues des collines avoisinantes.
Le tout a donné un village d'Ittre sinistré, dont certaines maisons ont été noyées sous plusieurs mètres d'eau.
 

Ittre, village en désolation en cette funeste soirée du 29 juillet 2014
.
Photo : Tristan Glineur
 

mb_hr_blue_ball.gif



On a l'impression que les inondations dus aux orages estivaux sont de plus en plus fréquentes et sévères ces dernières années sur notre pays. Un effet du réchauffement climatique ?
 
Oui, c'est sans doute vrai, mais il faut nuancer. 
D'abord, il y a toujours eu des inondations sous des orages estivaux, mais c'est vrai qu'on remarque une augmentation de ces phénomènes ces dernières années. 
Le réchauffement climatique apporte plus de chaleur, propice à la convection et les océans plus chauds apportent plus d'humidité : il paraît donc tout à fait logique que les orages soient plus nombreux et plus intenses dans nos régions.

Maintenant, avec l'augmentation de la densité de population et l'augmentation des zones bâties, la probabilité qu'une inondation locale touche une zone habitée est plus importante qu'auparavant. Ces inondations seront médiatisées, alors que celles arrivant dans une zone agricole ne le seront évidemment pas. 
L'augmentation des zones bâties implique un bétonnage et un asphaltage des surfaces les rendant imperméables : l'eau ne pourra pas être absorbée par le sol.
Des permis de lotir ou de bâtir ont été délivrés dans des zones inondables, augmentant encore le risque. Enfin, de plus en plus de murets et de haies entourant les champs et les cultures et limitant de ce fait les coulées de boue, ont progressivement disparu : encore un élément qui n'améliore pas les situations lors d'inondations, que du contraire.
Enfin, l'importance d'un réseau d'égouttage bien entretenu et nettoyé ainsi que la construction de bassins d'orages limitera les inondations... sauf dans des cas extrêmes ou ils seront tous deux rapidement saturés.

Newsflash

  • Résumé août 2018

    Résumé août 2018

    Ce mois d'août 2018 a été caractérisé par des températures, une insolation et des précipitations proches des normales. (Station de référence : Uccle).
  • Tendances saisonnières du 31 août

    Tendances saisonnières du 31 août

    Que nous réserve l'automne 2018 ? Pour tout savoir, jusqu'à trois mois, pour nos abonnés PREMIUM
  • Bilan de l'été 2018

    Bilan de l'été 2018

    L'été météorologique 2018 aura été exceptionnellement chaud et sec (fréquence des précipitations). Voici les chiffres.
  • Résume juillet 2018

    Résume juillet 2018

    juillet 18 : températures et insolation très anormalement excédentaires, précipitations exceptionnellement déficitaires en fréquence (normales en quantité).
  • Bilan de la vague de chaleur de juillet-août 2018

    Bilan de la vague de chaleur de juillet-août 2018

    Longue et puissante, la vague de chaleur 2018 s'avère remarquable et digne des plus grandes. Explications et comparaisons.

Prochains jours

Vendredi 16° 17°
Samedi 18°
Dimanche 11° 20°
Lundi 15°
Mardi 17°

Relevé à 22:40

  • Ostende : 19°
  • Gand : 21°
  • Anvers : 21°
  • Bruxelles : 21°
  • Charleroi : 20°
  • Namur : 20°
  • Liège : 20°

Météo à la une

  • Modèle WRF

    Modèle WRF

    MeteoBelgique vous propose ses cartes du modèle WRF à maille fine.
  • Météogramme WRF

    Météogramme WRF

    Consulter nos propres météogrammes basés sur le modèle WRF pour n'importe quel code postal en Belgique !
  • Graphique d'ensoleillement

    Graphique d'ensoleillement

    Nos abonnés Premium peuvent maintenant consulter l'ensoleillement des dix derniers jours.

Observation temps réel

Rumillies à 22:49
Température : 20.8°C
Pression : 1010 hPa
Humidité : 68%
Précipitation (24h) : 0 mm
Vent : Sud (faible)